Les dangers du tabac

FAQ questions / réponses avec animations interactives

Dans les pays riches, la consommation de tabac baisse : les gens y sont mieux informés des dangers de la cigarette. Pourtant, les bénéfices des quelques fabricants qui se partagent la totalité du marché mondial augmentent sans cesse car ils trouvent toujours de nouveaux consommateurs, par exemple dans les pays en voie de développement. Avant toute chose, visionne ces micro-trottoirs sur l’avis des jeunes  face aux fabricants de cigarettes…

 

Où cultive-t-on le tabac?

Réponse... »

Comment sont fabriquées les cigarettes ?

Réponse... »

Qui sont les fabricants de tabac ?

Réponse... »

Combien le tabac coûte-t-il à la société  ?

Réponse... »

Qui travaille pour l’industrie du tabac  ?

Réponse... »

Que font les fabricants pour continuer à vendre ?

Réponse... »

Le tabac pousse un peu partout dans le monde. Il y a 128 pays producteurs, mais une dizaine seulement dont la Chine, l’Inde et les Etats-Unis assurent la presque totalité de la production. La France est le 4ème producteur européen de tabac avec 10.000 hectares de cultures, principalement dans le Sud-Ouest (Aquitaine et Midi-Pyrénées), en Alsace, dans le Dauphiné et dans les Pays-de-Loire. La production française ne représente que 8% de la production européenne qui, elle-même, est très faible comparée au reste du monde. Le tabac qui tue des millions d’hommes et de femmes est, aussi, responsable de la destruction de cinq millions d’hectares de forêts, brûlés chaque année pour être transformés en cultures de tabac… Regardez l’animation interactive

La Chine est aujourd’hui le plus gros producteur mondial de tabac. Elle produit plus du tiers du tabac et le consomme en grande partie. L’Inde est aussi un gros producteur pour son marché intérieur. Pendant de nombreuses années, les Etats-Unis ont été un des rares exportateurs vers l’étranger de grandes quantités de tabac. Depuis 1994, ils ont été rattrapés par le Brésil (Amérique du Sud) et le Zimbabwe (Afrique). Ces pays assurent, avec le Malawi (Afrique), les Etats-Unis, la Turquie et l’Italie, plus de la moitié des exportations mondiales de cette matière première, appelée aussi tabac non manufacturé. Elle représente, au total dans le monde, une valeur d’environ 6 milliards de dollars.

Les pays qui importent les plus grandes quantités de tabac brut (Allemagne, Japon…) sont aussi de gros consommateurs. Face aux multiples campagnes anti-tabac, les ventes sont pourtant en train de baisser.

Résultat: aujourd’hui, les fabricants des pays riches font pousser le tabac, fabriquent et vendent leurs cigarettes dans les régions en voie de développement (Asie, Afrique, Amérique du Sud, Europe de l’Est) où les populations sont moins bien informées. 

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5

Le tabac est une plante faite de larges et hautes feuilles qui, une fois séchées, mélangées à des produits chimiques et hachées, donnent le tabac que tu connais. Collé, puis roulé dans du papier, ce tabac prend la forme d’une cigarette.  Dans la plante de tabac elle-même, il y a, entre autre, une substance, appelée nicotine, qui rend les fumeurs dépendants. D’autres produits chimiques, toxiques, sont ensuite ajoutés au tabac lors de la fabrication des cigarettes.

Les plants de tabac sont surveillés par l’agriculteur qui se charge, après la coupe des feuilles, de les sécher pour qu’elles se conservent et développent leurs arômes. Le séchage peut s’effectuer au soleil, par circulation d’air chaud, ou à l’air ambiant.

Le traitement du tabac

– Une fois transportées à l’usine, les feuilles de tabac séchées sont stockées, de quelques mois à plusieurs années.

– En temps voulu, elles sont ensuite introduites dans une pièce étanche où elles reçoivent, à intervalles réguliers, des jets de vapeur. Puis, le tabac passe dans un cylindre où il reçoit, en plus de la vapeur, de l’eau finement pulvérisée. Ces opérations donnent au tabac sa souplesse et rendent plus agréable la fumée qui se dégage lors de sa combustion.

– Les feuilles entières sont ensuite introduites mécaniquement dans une batteuse verticale où des peignes rotatifs arrachent leurs grosses nervures.

– Enfin, le tabac est aspergé d’un fin brouillard de liquide contenant des

produits, qualifiés par les fabricants d' »agents bonificateurs », spécifiques à chaque marque:

* des substances aromatisantes (pour donner bon goût au tabac): miel, sirop d’érable, vanille, jus de figue ou de dattes, cacao, menthol…

* des parfums de fleurs, de fruits, de bois, d’épices…

* des colorants,

* des produits humectants,

* des agents de blanchiment des cendres (pour qu’elles soient moins noires),

* des accélérateurs de combustion du tabac (pour que la cigarette soit plus vite fumée) et de diffusion de la nicotine (pour que la cigarette soit plus vite fumée et pour pousser le fumeur à en consommer un plus grand nombre),

* des agents de conservation (pour que le tabac ne moisisse pas)…

Résultat: la fumée de ce tabac « bonifié » contient plus d’une quarantaine de substances cancérigènes connues (benzopyrène, chlorure de vinyle, uréthane, cadmium, pyrène…).

– Les différentes variétés de tabac (tabacs clairs: Virginie, Burley, Orient…, tabacs bruns: Kentucky, Bruns..) sont prêtes à être mélangées dans un silo (sorte de grand réservoir). Après une nouvelle opération de séchage, ce mélange passe dans d’énormes hachoirs où des couteaux rotatifs découpent, à chaque passage, une tranche de quelques dizaines de millimètres dans les feuilles de tabac.

– Conservé dans un local spécial, le tabac est prêt à devenir des cigarettes. Un kilo de tabac permet de fabriquer environ 1.200 cigarettes  Regardez l’animation interactive

La confection des cigarettes

Pour fabriquer les cigarettes, on utilise aujourd’hui plusieurs machines:

1. une confectionneuse sur laquelle le tabac s’écoule en continu sur un ruban de papier qui s’arrondit et se referme, donnant ainsi naissance à une cigarette « sans fin ». Ce cordon blanc passe sous un couteau rotatif qui le sectionne en petits bâtonnets égaux: des cigarettes.

2. une assembleuse qui permet de placer les filtres à l’extrémité des cigarettes.

Les cigarettes sortent des machines à la cadence de 9.000 pièces à la minute, pour les machines les plus rapides. Puis, elles sont mises en paquets. La cigarette, véritable danger public avec ses 4.000 substances chimiques, est prête à être livrée aux 34.000 bureaux de tabac repartis dans toute la France.  Regardez l’animation interactive

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5

Le marché du tabac manufacturé (cigarettes, cigares, tabac à rouler, tabac à priser, scarfelatis…) est entre les mains de quelques grandes entreprises multinationales. Ces sociétés réalisent, à elles seules, 80% des ventes de cigarettes exportées à travers le monde.  Regardez l’animation interactive

Le numéro 1 mondial des cigarettes exportées est actuellement Philip Morris qui contrôle près de 40% du marché des cigarettes. Il vend des marques comme Marlboro, Chesterfield, L&M… Vient ensuite Altadis, une société franco-espagnole qui contrôle près d’un tiers du marché. Cette grosse entreprise est née de la fusion de Tabacalera, d’origine espagnole, avec la Seita (Société d’Exploitation Industrielle des Tabacs et Allumettes), qui appartenait, dans le passé, à l’Etat français. Elle produit principalement les Gitanes, les Gauloises, les Royales et la plupart des cigares…La troisième plus grosse société est le groupe britannique, British American Tobacco- Rothmans dont les marques les plus connues sont Rothmans et Lucky Strike. Malgré des lois qui leur sont de plus en plus défavorables dans les pays occidentaux, ces fabricants de tabac affichent d’excellents résultats en Bourse.  Regardez l’animation interactive

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5

Pour aider les gens à arrêter de fumer, le gouvernement français utilise l’argument du prix en augmentant régulièrement le montant des taxes sur les cigarettes (par exemple, +10% au 1er janvier 2002). Un Français sur deux, trouve qu’il a raison de le faire. L’Etat perçoit, sous forme de taxes, environ 75% du prix d’une cigarette. Chaque jour, le tabac fait entrer 23 millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Mais, parallèlement, le tabac coûte très cher à notre société. Au coût économique et médical s’ajoute un coût humain de plus en plus important. Regardez l’animation interactive

En 1990, les recettes de l’Etat venant de la vente du tabac représentaient 2% du budget total de la France.  En 1999, les adolescents fumeurs de 1é à 17 ans ont versé à l’Etat 609millions d’euros en achetant leurs cigarettes.  C’est la Sécurité Sociale qui paie le plus gros des dépenses dues aux maladies et aux décès provoqués par le tabac (plus de 13 milliards d’euros). L’Etat ne consacre à la lutte contre le tabagisme que 0,30 euros pour 1.524.500 euros de taxes perçues.  Regardez l’animation interactive

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5

Le tabac: c’est environ 100 millions d’emplois directs et indirects dans le monde. Les grandes entreprises utilisent cet argument économique pour faire pression sur les gouvernements. Les fabricants de cigarettes ne manquent jamais d’affirmer que la culture du tabac donne du travail aux agriculteurs et apporte à des millions de personnes dans le monde, des revenus importants. Ils affirment aussi que la vente de tabac brut est une source de devises étrangères pour les régions productrices des pays en voie de développement. Ce qu’ils oublient de dire, par contre, c’est que ces mêmes paysans pourraient produire d’autres cultures qui permettraient de nourrir des populations affamées.

En France, 10.000 hectares sont cultivés par 40.000 travailleurs saisonniers Il faut y ajouter les 7.000 personnes des secteurs d’activité nécessaires à la fabrication des cigarettes (papier à rouler, par exemple) et les 34.000 débitants de tabac. 

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5

Dans les pays où les lois anti-tabac empêchent le commerce de se développer, les fabricants détournent les lois. Pour continuer à faire la promotion de leurs cigarettes, ils utilisent de nouveaux moyens de communication. Ils exercent aussi des pressions sur les responsables politiques et les scientifiques, en faisant du lobbying. Par exemple, Philip Morris a financé généreusement la campagne électorale de G. W. Bush, l’actuel président des Etats-Unis. Enfin, comme rien ne les arrête, ils favorisent la contrebande. En même temps, pour continuer à gagner de l’argent et compenser leurs pertes dans les pays riches où l’on fume de moins en moins, ils cherchent de nouveaux clients dans les pays en voie de développement et les pays d’Europe de l’Est où le danger du tabac est encore mal connu. Regardez l’animation interactive

Ils font de la pub sans en avoir l’air

En France, depuis 1993, toute publicité directe en faveur du tabac est interdite dans les médias, à l’exception des courses de sports mécaniques (Formule 1) se déroulant dans les pays où la publicité est autorisée. Les fabricants de cigarettes ont dû trouver d’autres formes de communication. En 1997, ils ont ainsi dépensé 15 millions d’euros pour la promotion de leurs produits, soit deux fois plus qu’en 1992, avant le vote de la loi Evin ! Les idées ne manquent pas aux fabricants de tabac pour faire de la publicité sans en avoir l’air:

– cadeau d’un objet pour l’achat d’un ou de plusieurs paquets de cigarettes, – jeux, – concours,- recours à des hôtesses dans les débits de tabac pour faire goûter les nouveaux produits et proposer des cadeaux à l’achat… – expéditions ou raids financés par des marques. L’objectif est de transmettre, à travers ces manifestations, une image de jeunes aventuriers, séduisants, courageux, qui, bien entendu, fument régulièrement. Ces aventuriers doivent, pour servir les intérêts des fabricants, devenir des modèles pour les jeunes actuels. – financement de concerts (rap, rock..): renseigne-toi sur les sponsors du prochain concert près de chez toi. Tu découvriras, peut-être, que ce concert est financé par une marque de cigarettes. – utilisation de vedettes du cinéma et de la chanson.

Sais-tu :

° que des acteurs comme Sylvester Stallone ont été payés pour fumer dans un ou plusieurs de leurs films?

° que Superman qui n’a jamais fumé dans la bande dessinée, ne se gêne pas pour le faire quand l’acteur Lois Lane incarne son personnage au cinéma?

° qu’en France Zazie et Samy Saceri posent sur des affiches publicitaires pour du papier à cigarettes?

Bien entendu, la justice prononce des condamnations quand les fabricants se mettent ainsi hors la loi mais les infractions n’en continuent pas moins aujourd’hui.

 

Ils cachent les dangers du tabac

Très puissants, les fabricants du tabac ont tout fait pour cacher les effets nocifs de la cigarette. Cette vérité risquait de nuire à leurs intérêts. Tous les moyens de pression sont bons pour influencer hommes politiques et experts scientifiques, à tous les échelons. Rien n’est laissé au hasard par les fabricants de cigarettes dans leur effort de désinformation. Ils placent des spécialistes défendant leurs intérêts aux postes où les décisions importantes se prennent, par exemple à la Banque Mondiale ou l’Organisation des Nations Unis pour l’Alimentation et l’Agriculture. Ils cherchent aussi à infiltrer les organisations qui luttent contre le tabagisme (par exemple, l’Organisation Mondiale de la Santé), en finançant des recherches pour contredire les résultats des recherches qui montrent la nocivité du tabac. Buts de l’opération:

– masquer la dangerosité du tabac en général,

– cacher les cancers de la gorge et des poumons ainsi que les maladies cardio-vasculaires provoquées par la consommation régulière de tabac,

– mentir sur l’utilisation de dangereux pesticides pour protéger leurs cultures,

– ou, tout simplement, ne jamais parler des fumées de tabac qui empoisonnement la vie des non-fumeurs…

Des gros fabricants, comme l’américain Philip Morris ou la Seita française, doivent de plus en plus souvent se défendre devant des tribunaux où ils commencent à perdre leurs procès.   Regardez l’animation interactive

Ils produisent et vendent de plus en plus dans les pays pauvres

Un kilo de tabac brut se paie 3 dollars au Zimbabwe: la fabrication d’un paquet de cigarettes y coûte moins d’un cent en euros! Produisant à bon marché, les fabricants se frottent les mains car ils n’ont aucun mal à trouver de nouveaux clients dans ces pays pauvres. L’industrie du tabac est aujourd’hui une industrie très rentable. Pour compenser leurs pertes de marchés en Amérique du Nord et en Europe, oùle nombre de fumeurs diminue, les industriels du tabac s’intéressent, de plus en plus, aux pays en voie de développement, aux pays de l’Est de l’Europe, et surtout aux femmes qui ne fument pas encore assez, à leur goût! Sans que personne ne les en empêche, ils font de grandes campagnes de publicité à la télévision et sur les panneaux d’affichage dans les rues. On les voit affirmer que « le tabac, c’est la santé » ou « qu’une femme qui fume est une femme indépendante »! Comme deux femmes sur trois en Asie pensent que le tabac est inoffensif, ces publicités sont efficaces: elles les poussent à fumer de plus en plus.  Regardez l’animation interactive

Ils encouragent la contrebande

Chaque année, 300.000 tonnes de cigarettes sont vendues illégalement dans le monde. La France n’est pas trop touchée par ce trafic. Les contrebandiers s’y font vite remarquer car les bureaux de tabac qui sont, seuls, autorisés à vendre des cigarettes ne se laissent pas faire ! Les chiffres de vente de la contrebande sont, par contre, constamment en hausse dans le monde. Ce mode d’écoulement illégal est devenu un marché juteux pour les mafias mais aussi pour les fabricants de cigarettes qui augmentent, de cette façon, leurs recettes. Les cigarettes, vendues frauduleusement sans taxe, sont bien évidemment meilleur marché et donc elles se vendent comme des petits pains…empoisonnés.

Grâce au trafic de contrebande, les grosses entreprises de tabac peuvent aussi se faire concurrence les unes aux autres.

En Europe, la plaque tournante du trafic se situe au Monténégro (une partie de l’ex-Yougoslavie) qui fournit à la mafia italienne des milliers de caisses de cigarettes. Contrairement à ce que l’on pense, la contrebande n’est pas seulement entre les mains de ces trafiquants. Les fabricants de tabac eux-mêmes savent très bien que des stocks entiers de cartouches de cigarettes sont vendus au marché noir.

Les preuves de leur culpabilité s’accumulent chaque jour un peu plus dans le monde. En fermant les yeux sur la fraude fiscale et en l’encourageant, les grandes sociétés de tabac peuvent développer, en toute illégalité, un commerce qui met la vie des fumeurs et des non-fumeurs un peu plus en danger.   Regardez l’animation interactive

Powered by Hackadelic Sliding Notes 1.6.5