…TOUTE L’ACTU…

L’association Droits des non-fumeurs demande aux internautes de payer la campagne pour qu’elle soit diffusée. Avec son slogan mordant, la nouvelle campagne de l’association Les Droits des non-fumeurs (DNF), lancée mardi, fait assurément mouche. Sur une affiche au style rétro, on peut lire à propos des cigarettes de contrebande: «Dites non aux contrefaçons! Ce serait dommage d’attraper un cancer de mauvaise qualité. L’industrie du tabac tue 73.000 personnes par an. Continuez à lui faire confiance». Sur un autre support, il est aussi écrit: «L’industrie du tabac, c’est aussi un engagement social. Nous réglons chaque année le problème des retraites pour des millions de Français» !

À ce jour, ces deux affiches conçues par l’agence BDDP & Fils ne peuvent être consultées que sur le site de l’association. Car elles n’apparaîtront dans la presse que si les citoyens versent leur obole. L’association fait ainsi appel aux dons pour diffuser la campagne. Minimum à obtenir avant le 1er février 2013: 14.000 euros.

La collecte doit atteindre une somme entre 14.000 et 50.000 euros pour envisager une première diffusion. «La puissance de la campagne sera faible mais cela peut suffire à marquer l’opinion si le message est fort, prévient-on lire sur le site . Avec le format choisi, on peut dépasser les 1.700.000 contacts.» En dessous de 14.000 euros, rien ne sera réalisé. «Il n’y aura pas de diffusion dans la presse et chaque internaute sera remboursé», indique Gérard Audureau. Le président de DNF se félicite de cette campagne: «On demande aux gens de s’engager sur des slogans. Cela peut être plus fort et plus concret que d’adhérer à l’association», dit-il.

Selon le responsable de DNF, cette campagne tombe à pic pour répondre aux arguments contre les paquets génériques des buralistes et des fabricants. Ces derniers affirment que ces paquets neutres feront exploser le marché de la contrefaçon car «plus faciles à copier». «Mais c’est un pur hasard si notre campagne intervient au lendemain de la polémique autour des emballages du tabac. Elle était prévue depuis des mois à cette date», assure Gérard Audureau qui tient à rappeler: «tabac contrefait ou non, les dangers pour la santé sont strictement les mêmes».

Par ailleurs, DNF se bat contre les terrasses couvertes et entièrement bâchées des cafés et des restaurants et continue à croiser le fer avec les établissements qui autorisent la cigarette. Après avoir été déboutée en mai dernier par la cour d’appel de Paris alors qu’elle attaquait cinq établissements parisiens, l’association s’en prend à une autre adresse de la capitale au cours d’un audience prévue ce jeudi.

L’association estime que ces terrasses, couvertes et entièrement bâchées, sont des endroits fermés qui ne peuvent accueillir que des fumeurs. En l’absence de définition précise de ces lieux, les magistrats n’ont pas jusqu’alors abondé dans son sens. «Concernant les cinq premières adresses, il s’agissait de structures amovibles mais cette fois, le nouvel établissement poursuivi possède une terrasse en dur équipée de vitres. C’est donc bien différent et on espère cette fois obtenir gain de cause», poursuit le président de DNF.

Source : Le Figaro – A. Négroni

Les commentaires sont fermés.

Archives

Vous êtes le

visiteur