…TOUTE L’ACTU…
Une vingtaine de pays dans le monde ont déjà adopté ces avertissements sanitaires visuels. Dans deux mois, l’obligation sera généralisée pour toutes les marques de cigarettes.
Bouches édentées, gorges enkystées et autres poumons rongés par le cancer commencent à faire leur apparition sur les paquets de cigarettes. Ces images chocs deviendront la norme le 20 avril. À cette date, les fabricants ne pourront plus vendre des paquets dépourvus de ces photos qui auraient toute leur place dans un film d’horreur.
En avril 2010, le ministère de la Santé a en effet signé un arrêté pour les rendre obligatoires. Celui-ci prévoit que ces avertissements -des photos couleurs accompagnées d’une formule percutante- occupent au moins 40% de la face arrière du paquet. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) avait également lancé un appel pour que ces visuels soient apposés sur les paquets partout dans le monde, estimant qu’il s’agissait d’une stratégie efficace pour faire reculer le tabagisme. À l’heure actuelle, une vingtaine de pays ont adopté ce système.
Curiosité des adolescents
Cette nouvelle mesure était réclamée depuis plusieurs années par les divers organismes et associations de lutte contre le tabac. Selon ces dernières, les phrases de prévention telles que «fumer tue» qui figurent sur les paquets de cigarettes depuis 2003, n’ont aujourd’hui plus aucun impact. «Les images semblent plus efficaces que les mots pour toucher les individus», avance une étude de Karine Gallopel-Morvan sur l’effet de ces avertissements sanitaires visuels, financée par l’INCa (Institut national du cancer). Un avis que ne partage pas l’industrie du tabac. Selon le porte-parole du groupe BAT (British American Tobacco) en France, ces photos «gore» risqueraient même d’être contre-productives en attisant la curiosité des adolescents. Dans certains pays ayant déjà opté pour cette prévention, comme l’Australie ou le Canada, des jeunes fumeurs goûtant la provocation collectionnent apparemment ces photos chocs.
«Aucun des pays ayant déjà testé l’impact de ces visuels n’a constaté une augmentation du nombre de fumeurs chez les jeunes, lesquels chercheraient à collectionner les paquets “gore”. Le Canada, pays pionnier en la matière, connaît même aujourd’hui un des taux de tabagisme chez les jeunes les plus faibles avec seulement 15% des 15-19 ans qui fument alors qu’en France 33% des jeunes de 17 ans fument régulièrement», rétorque l’UNCa dans un document dédié à la prévention. «Aujourd’hui, fumer est encore un acte valorisé socialement et les jeunes allument leurs premières cigarettes de plus en plus tôt. Le fait de choquer est positif, renchérit Gérard Audureau, président de l’association DNF (Droits des non-fumeurs). Les 13-15 ans ne se sentent pas concernés par les discours sur la protection de la santé. Tandis qu’une image choc, réelle, peut les éloigner du tabac.»
À ceux qui s’offusquent de l’arrivée de ces photos repoussantes, Joseph Osman, directeur de l’OFT (Office français de prévention du tabagisme), répond pour sa part que la mort de plus de 66.000 personnes en France tous les ans à cause du tabac est autrement plus révoltante. «Ces photos ne ciblent pas un public particulier et ne feront sans doute pas chuter les ventes de cigarettes de 20% mais il faut multiplier les moyens de prévention alors que la France compte plus de 13,5 millions de fumeurs», plaide-t-il.

Les commentaires sont fermés.

Archives

Vous êtes le

visiteur