…TOUTE L’ACTU…

Côté pile, il y a certes le personnage médiatique sur papier glacé qui occupe les pages des magazines. Ici accueillant le « who’s who » planétaire, là lançant un regard complice à Karl Lagerfeld. Côté pile encore, il y a les programmes télé friands du parcours hors du commun de cet artiste devenu homme d’affaires.

Côté face, ou face cachée, Jean-Roch de son prénom, se révèle à la fois simple, inattendu, surprenant et dense.
Attaché à sa culture méditerranéenne, il ne dîne jamais en ville mais en famille.
Passionné d’art contemporain, il parcourt le monde au rythme des foires et vernissages
Accro à l’équitation, c’est à cheval qu’il évacue le stress et trouve son équilibre.

Si ses jours ne ressemblent pas à ses nuits, ils ne sont pas pour autant synonymes d’ennui. Globe trotter infatigable, son emploi du temps s’articule autour des saisons estivales à St Tropez (Juillet – Août) et du Festival International du Film de Cannes (Mai) durant lequel il cultive sa passion pour le 7ème art.
Infatigable, il n’a de cesse de développer des projets divers et variés aux quatre coins du monde.

Le reste de l’année, une fois ses valises posées à Paris, tel un sportif de haut niveau dopé à l’eau, il passe ses journées au bureau. Ici il répète à l’infini la représentation qu’il donnera, la réflexion qu’il portera une fois la nuit tombée.
Soucieux du moindre détail, rien ne lui échappe, supervisant à l’infini, merchandising, design et communication de son groupe.

Envers du décor ? Planter le décor plutôt. Jean-Roch, donc, toujours souriant, agréable et prévenant -même avec les inconnus-, occupe aussi le paysage de vos nuits… depuis vingt ans maintenant.

« J’ai vu le jour en pleine nuit« , aime-t-il à répéter, « à force de volonté et de vie de saisonniers, la nuit et moi nous sommes rencontrés et plus jamais quittés. »

Tout commence à Toulon, lorsqu’il décide de transformer le restaurant familial en « mini boîte ».
Il n’a que dix-sept ans, son frère Dominique un peu moins, leur père vient de disparaître et ils décident de prendre en main leur destinée.
C’est à cet âge, fragile entre tous, que va naître une épopée qui ne lui était pas destinée, encore moins promise. Jean-Roch passe de l’enfance à l’âge adulte. Il sacrifiera au passage le privilège de l’adolescence, l’insouciance, et ses rêves de devenir un jour footballeur professionnel.

Mais la nuit portant conseil, elle devient sa meilleure amie. Elle sera son école de la vie, sa fenêtre sur le monde.

Cette nuit est son premier univers de jeune adulte.
Elle porte alors le nom de La Scala, à Toulon, premiers pas de Jean-Roch dans l’obscurité, un ado qui sélectionnait des clients à l’entrée alors que lui-même n’était pas en âge d’aller en club.
De ces années-là, il retient surtout de bannir les a priori, de s’enrichir des différences. Il voit de ses yeux, à peine sortis de l’enfance, que la nuit venue les coloris et les catégories s’estompent, qu’en ces heures tardives plus encore qu’aux autres la genèse de toute chose est le respect d’autrui. Le respect voilà la valeur essentielle et fondatrice, et elle n’est pas étrangère à son aptitude presque surnaturelle au travail.

Il apprendra aussi le pouvoir de la musique le jour où il pénètre au pied levé dans une cabine de DJ, « C’est le coup de foudre ! ».
DJ sera son premier mode d’expression. Seulement l’enfant du pays au bout de cinq années commence à se sentir à l’étroit, et fait des rêves de Saint-Tropez, de jour comme de nuit. Il en rêve si fort qu’il s’offre le challenge de ressusciter le Bar de l’Escale.
Ce rêve de gosse issu d’un cliché que l’on nomme communément cité, n’en savourera que mieux le privilège du port de Saint-Tropez.

Dans la foulée, il crée l’Hysteria… la tête pleine d’étoiles et de rêves mais certainement pas conscient que ce chemin à peine éclairé ouvrirait vers autant de routes, ouvrirait sur le monde.

Ce sera Megève, Courchevel, le Carnaval de Venise ou encore Miami… l’occasion de faire ses gammes hors de nos frontières et parfaire ainsi sa connaissance de la clientèle internationale.
« Il n’y a qu’une nuit magique, une période essentielle, miroir de jouvence d’une époque éternelle, celle d’un club culte« , répète-t-il.

Vint alors le Bash à Paris, puis le Vip Room des Champs-Elysées, la naissance tant désirée du légendaire « famous club » sur la plus belle avenue du monde.

De la production de rêves, Jean-Roch passe à la production tout court, sentant bien que programmer des djs ne suffit plus à contenter une clientèle de clubbers élevée au biberon MTV. Ces stars crèveront l’écran et enchanteront les aficionados des VIP ROOM : Madonna, Bono, Jay-Z, Tom Cruise, Kate Moss, Paolo Coelho, Marc Newson, Beyoncé, Peter Beard, les Black Eyed Peas… un autre rêve devenu réalité.

Tel un journaliste d’investigation, Jean-Roch traque l’actualité culturelle, tel un médiateur artistique, il offre un palmarès unique au monde.

Il sera ainsi nommé présentateur d’un programme télé dédié à la musique et à la danse, adaptation du célèbre « The Green » de MTV, rebaptisé « Splash Dance ».

La musique ne l’ayant jamais quitté, il multiplie encore les projets : une carrière de DJ international qui mène à l’énorme succès mondial de son CD, Can you feel it.

En 2009 la sélection musicale de la compilation des 20 ans du Vip Room retrace la légende des nuits tropéziennes rassemblée dans un écrin en édition limitée et mixée par Jean-Roch himself !

Ne jamais s’arrêter, toujours progresser… Jean-Roch s’attèle à présent à l’écriture et la réalisation de son premier album avec son groupe. « Mon rêve, mon adrénaline, c’est de performer en live« , précise-t-il…

Ses bonnes fées d’antan ne l’ayant jamais abandonné, elles illuminent son parcours sur un chemin le menant rue de Rivoli, au théâtre de la Scala.
Ce signe du destin au fils d’émigré toscan qu’il demeure ne pouvait pas lui échapper. Rebaptisé « Vip Room Theater », il sera le théâtre de cette volonté artistique qu’il porte en lui depuis Saint-Tropez.

Le lieu du regard nouveau qu’il porte sur sa vie et sur ses rêves : de metteur en fête l’homme se retrouve metteur en scène, pouvant désormais offrir le plus beau de ses shows, nourrir, vêtir et divertir.

Des mythes du passé au clubbing de demain, il a réussi ici à les réunir à la croisée des chemins. De Paris en passant par Cannes et Saint-Tropez, Jean-Roch conserve généreusement son don d’écoute, sa bienveillance sincère et sa nature à la proximité.

Il y a plusieurs vies pendant une vie, sa première fut la nuit… Jean-Roch ne sait pas plus qu’un autre de quoi sera fait l’avenir mais comme il aime à le penser, le meilleur reste à venir !

– Nora SAHLI – pour Pure people

Les commentaires sont fermés.

Archives

Vous êtes le

visiteur