Recherche

Un cas clinique publié en ligne le 02 avril dans les Annals of Oncology par plusieurs équipes de Gustave Roussy rapporte le traitement réussi de l’insuffisance respiratoire aiguë d’un malade du cancer affecté par le Covid-19 (1). Ce résultat confirme l’intérêt d’une des pistes thérapeutiques envisagées pour traiter les complications graves du Covid-19.  

Une part importante des décès dus au Covid-19 est imputée à une réaction débridée du système immunitaire entrainant une inflammation massive avec à la clé une détresse respiratoire aiguë et des défaillances d’organes. Ce phénomène est lié à la libération massive de molécules, des cytokines, normalement impliquées dans la régulation de la réponse immunitaire, c’est ce qu’on appelle un choc cytokinique. Il peut s’observer à la suite de maladies infectieuses comme la grippe mais également comme effet secondaire des immunothérapies anticancéreuses. Les oncologues confrontés à ce problème aux conséquences potentiellement fatales développent depuis quelques années des stratégies de prise en charge pour y faire face. Continuer la lecture

La soirée du Téléthon de Nans-Les-Pins qui a réuni six associations différentes dont le comité du var de la ligue contre le cancer a été un véritable succès. Dans son discours d’introduction (que vous pouvez lire dans son intégralité ici) Bernard Leydet, responsable de la délégation de Nans-Les-Pins du comité du var de la ligue contre le cancer, a énoncé les évolutions apportées grâce au téléthon : thérapies ciblées, identification de 6000 gènes, essais thérapeutiques pour les maladies rares, médecine nouvelle pour le plus grand nombre.

L’adjointe au maire, Lyldie Berlin a remercié les associations pour leur participation active à cette soirée animée par des spectacles de chants, danses, théâtre, sport et musique.

Fabienne Guillemond (en bas, à gauche,) avec son équipe de recherche

Nous avons rencontré Fabienne Guillaumond, chercheur Inserm à l’occasion de la remise du « Prix var » par le comité du var de la Ligue contre le cancer. Les travaux de l’équipe de Fabienne Guillaumond, portent sur le cancer du pancréas. Ils consistent à étudier les changements métaboliques et à rechercher des cibles thérapeutiques des cellules tumorales qui vont altérer et bloquer le métabolisme des tumeurs pancréatiques.

Pierre Bégliomini : Fabienne Guillaumond, vous venez de recevoir le prix var 2018 de la part du Comité du var de la Ligue contre le cancer,  quels sont vos sentiments à cet égard ?

Fabienne Guillaumond : Je suis très ému et heureuse de recevoir ce Prix. je vais pouvoir poursuivre ma recherche sur le cancer du pancréas grâce, en partie, à ce prix, et ainsi continuer à essayer d’améliorer la qualité de vie et la survie des patients  atteints de ce cancer.  

Pierre Bégliomini : Ce cancer ne constitue t-il pas une tumeur particulièrement meurtrière dans l’échelle de dangerosité des cancers ?

Fabienne Guillaumond : Effectivement, le cancer du pancréas fait partie des cinq cancers les plus meurtriers. Il s’agit d’une tumeur très petite mais extrêmement agressive du fait  de ses caractéristiques anatomopathologique. Il faut savoir que 80% des patients qui sont diagnostiqués présentent déjà une tumeur localement avancée et métastatique qui, à ce jour, est incurable. Continuer la lecture

Fabienne Guillaumond

Comme chaque année, le comité du var remet le prix  « Dr Joseph AMALRIC » communément appelé  « Prix var » une dotation de 5 000 euros remis par le comité du var. Cette année, cette récompense ira à  Fabienne Guillaumond pour ses travaux  sur le cancer du pancréas qui consistent à étudier les changements métaboliques et à rechercher des cibles thérapeutiques des cellules tumorales qui vont altérer et bloquer le métabolisme de ces tumeurs pancréatiques.

Fabienne Guillaumond, que nous avons joint par téléphone, nous a donné quelques précisions : « Notre groupe de travail s’intéresse au cancer du pancréas  et plus particulièrement aux changements métaboliques  qui surviennent au cours de la progression de cette tumeur. Celle-ci est particulièrement agressive car elle est composée de cellules tumorales, mais également d’un environnement de cellules non tumorales que l’on appelle le stroma. Celui-ci crée une barrière et va limiter l’accès des drogues, l’oxygénation et l’apport de nutriments autour des cellules tumorales. Mais, malgré cette environnement très hostile à la croissance de cellules tumorales, il existe un certain groupe de cellules qui sont capables de résister en modifiant leurs activités métaboliques. Notre travail consiste à étudier les changements métaboliques de ces cellules tumorales et à rechercher les cibles thérapeutiques qui vont altérer et bloquer le métabolisme de ces tumeurs. » Continuer la lecture

Le vendredi 3 févier aura lieu la 3 ème journée scientifique d’oncologie-hématologie du CHITS /I.P.C. à l’hôpital Sainte Musse de Toulon. 

Cette journée, coorganisée par le C.H.I.T.S. et l’I.P.C., a pour objectif d’offrir une mise à disposition des données les plus récentes concernant les pathologies cancéreuses et leurs traitements.

La coopération entre l’Institut Paoli-Calmettes et le CHITS de Toulon/La seyne s’inscrit dans l’esprit du Plan Cancer 3, ouvrant un accès aux innovations thérapeutiques ainsi qu’au démembrement moléculaire des tumeurs pour les patients pris en charge dans chaque département.

Inscription : oncohemato@ch-toulon.fr